;
{literal} {/literal}

En bref

DÉFINITION

Le terme fibromyalgie vient de « fibro », pour fibrose, de « myo » qui signifie muscles et d’« algie » qui signifie douleur.
La fibromyalgie est une affection chronique caractérisée par une douleur diffuse ou des sensations de brûlure de la tête aux pieds accompagnées d’une fatigue profonde. Reconnue en 1992 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette maladie touche 2 à 5% de la population.
Cependant, la fibromyalgie est encore mal connue et mal comprise. Bien que les douleurs soient réelles et très pénibles, les médecins ne parviennent pas à détecter de lésion ni d’inflammation permettant d’expliquer ces symptômes.
Cette maladie n’entraîne pas de complications graves, mais, pour le patient, elle est très éprouvante et l’empêche souvent d’accomplir ses activités quotidiennes.
Pour améliorer sa fibromyalgie, il faut surtout rester actif, bouger, sortir, rencontrer d’autres personnes, se trouver des occupations même si nous n’avons pas beaucoup d’énergie.

LES SYMPTÔMES DE LA FIBROMYALGIE

Il en existe près d’une centaine mais les trois principaux symptômes sont :
Douleur et raideur dans les muscles, les tendons et les ligaments dont l’intensité et la localisation varient au cours de la journée
Fatigue : de la simple lassitude à l’épuisement, elle peut être suffisamment importante pour entraver le quotidien
Troubles du sommeil ou sommeil non réparateur : il accentue la fatigue et les douleurs
De manière générale, les symptômes et leur intensité varient d’une personne à l’autre.
Une personne atteinte de fibromyalgie peut ne pas ressentir tous ces symptômes simultanément.

PRISE EN CHARGE

Il n’existe aucun examen médical permettant de diagnostiquer la fibromyalgie de manière concluante. Un médecin pose le diagnostic de fibromyalgie en se fondant sur l’examen physique et les antécédents médicaux d’une personne.
Il peut examiner jusqu’à 18 points sensibles où la douleur est plus intense. Bien que la douleur et la sensibilité figurent parmi les symptômes, aucune anomalie des tissus n’est constatée.
Il s’assurera qu’il n’existe aucune autre cause de douleurs musculaires, comme le lupus et l’arthrite.

A l’heure actuelle, les seuls traitements proposés servent surtout à aider les malades à vivre au quotidien avec leur pathologie tout en souffrant le moins possible.
Qu’ils soient médicamenteux ou non, et il est parfois nécessaire d’essayer différents traitements avant d’aboutir à celui qui convient le mieux en termes d’efficacité avec un minimum d’effets secondaires.

PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE

Les traitements médicamenteux pouvant être prescrits dans cette maladie sont :
Les antalgiques tels que le Paracétamol, le Tramadol,
Les antidépresseurs, et ceci, même si le patient ne souffre pas de dépression, pour leurs effets inhibiteurs de la capture de la sérotonine, de la dopamine et de la noradrénaline,
Des antiépileptiques pour douleurs neuropathologiques (douleurs diffuses ou localisées à types de brûlures, de fourmillements, de décharges électriques, de contractions, d’engourdissements).
Une supplémentation en magnésium et vitamines
Les corticoïdes et les anti-inflammatoires AINS sont inefficaces ainsi que la morphine.

PRISE EN CHARGE NON MÉDICAMENTEUSE

Plusieurs techniques peuvent être proposées :

– Électrothérapie
– Application de chaleur
– Exercice musculaire
– Reconditionnement à l’effort
– Aquagym
– Balnéothérapie
– Massages doux
– Méditation
– Acupuncture
– Sophrologie
– Tai Chi

 

Elles demeurent encore trop coûteuses bien qu’apportant un soulagement important.


Rédigez un avis

N'hésitez pas à donner votre avis sur cette actualité !

Note globale ({{currentRating.totalNumber}})
Rédigez ici votre avis Il vous reste {{nbLetterRemaining}} caractères
Publiez en tant que :